Politique et tact.

Publié le par dilbert

Sans elle, nous serions perdu, laissé sur le talus en proie à la barbarie et à l'aliénation. Point de discours anti-anarchiste dans cette introduction maladroite, mais juste un constat, la politique c'est trop kikoolol.

Sérieusement.

Sans elle, nous serions contraint d'être des adultes res... des adultes resp... responsables. Pas facile à sortir ça. Sans la politique et ses acteurs, nous ne pourrions certainement pas repensé à nos heures sombres de la maternelle. Ses gardes-fous prennent tout leur sens quand il s'agit de remettre la France dans le droit chemin, par le prisme de la dignité et de la responsabilité morale.

Heureusement.

Car oui, sans elle point de salut. Le pays sombrerait dans le stupre et la diarrhée verbale. L'on se claquerait le clapet à base de "Ouh !", "C'est honteux !", "Scandaleux !" et autres injures inappropriés à notre condition d'humain post-pubère.

Et j'en veux pour preuve la foultitude de fictions de débats qui pullulent sur le web 2.0. Autant de scènes imaginaires qui prouvent ce que nous serions si la Politique n'était pas là.

Morceaux choisis :

 

 

 

 

 

 

 

Affligeant.

Et je ne parle pas que de la réalisation, de la piètre performance des acteurs (quoique, la bronca). Il faut reconnaître aux scénaristes dignes d'Asimov que ces sketches restent néanmoins une vision très pessimiste de ce que pourrait être le Monde (rien que ça) si la Politique n'existait pas.

Imagine, je sais c'est dur, mais imagine ce que nous deviendrions si nos hommes (et femmes hein) politique étaient comme ces acteurs de bas étages : des élèves de maternelles tout juste dignes pour jouer à touche-pipi à la récré, à pleurnicher pour leurs goûters volés par Gontrand, à hurler contre Margot qui réprouve leurs talents d'artiste (après tout, un tronc d'arbre violet et un soleil vert, c'est juste avant-gardiste), à jouer avec leurs cacas, ...

Non, sérieusement nous serions perdu si nos politiques étaient aussi bas du front.
Non, heureusement qu'on a les politiques qu'on mérite.  

 

Publié dans Réflexions-xions.

Commenter cet article