Lefauxrhum soigne le Monde.

Publié le par dilbert





Il est des questions qui me restent sans réponse. Comme celle de l'utilité de certaines recherches scientifiques.

Parce qu'il faut bien l'avouer, l'étude des mammifères aquatiques du néolitique, le vaccin contre le SIDA ou encore le bien-être des vaches ne sont pas des sujets primordiaux.

Alors que si les ingénieurs se penchaient sur les vraies défis du XXIème siècle, ils trouveraient matière à débats et autres thèses de fin d'année. Préférant choisir la facilité, ils laissent dans le désarroi le plus complet, l'humain lambda. Seul face à son incapacité à survivre dans ce monde qui le dépasse, il voit inéxorablement sa fin approchée à mesure que ses besoins croissent et que des solutions se font attendre.

C'est pour quoi, et ce dans ma grande philanthropie, je m'en vais régler un soucis majeur de l'espèce humaine, l'été venu.
En effet, une fois les chaleurs arrivées, l'Homme moderne est confronté à un problème épineux, lorsque le samedi soir approche. L'Homme rentre du supermaché E.Leclerc (la marque est importante pour cette étude) afin de préparer un repas amical, en compagnie d'autres bipèdes doués d'intelligence variable. Il se met en tête de cuire sa nourriture fraîchement échangée contre une monnaie d'échange, par un procédé obscur, mais néanmoins répandu en ces périodes estivales, que nous appelerons : la carbothermie synthétique (autrement dit pour toi lecteur non averti, le "barbecue").

Mais le sujet de mon étude ne porte absolument pas sur la carbothermie synthétique, mais plutôt sur un de ces à-côtés. Je parle de l'hydratation. Mais pas n'importe laquelle, bien évidemment. Une étude néozélandaise à démontrer que 77,4 % des pratiquants de carbothermie synthétique se délectaient d'une abblution fermentée à base de céréales divers, l'orge et l'houblon étant les principaux ; plus communément appelé "bière".

Cette boisson rafrâichissante a pour principale capacité d'augmenter le besoin de miction ("uriner", tu voies comme je pense à toi). Cependant, elle possède un défaut et j'ajouterai un putain de défaut de sa mère : son incapacité physico-nucléique à se refroidir d'elle-même. Et c'est à ce moment que mon modeste génie intervient.

Par une belle nuit de mai, sur les coups de 16h-16h30, j'eus l'idée saugrenue mais néanmoins prodigieuse, de concevoir et fabriquer un appareil révolutionnaire qui changera à jamais la conception de jouissance nutritive.







Cet appareil, c'est le Froicro-onde.


D'une idée sensationnelle en est résultée un casse-tête sans nom. Comment refroidir rapidement un aliment, à l'instar du micro-onde qui le réchauffe ?










Mais j'ai réussi, après des mois de sueur intense, de dégustations sans fin, j'ai mis au point cet appareil.
Bien entendu, je ne puis te révéler le procédé utilisé par ce dispositif que me jalouse la NASA. Pour des questions de secrets professionnels ainsi que la difficulté que tu ressenterais à essayer de me comprendre.


Pour ce qui est de sa diffusion, si je puis dire, elle devrait se faire autour de juillet 2010. "Le prix", tu me demandes ? Ta gratitude et la joie de te voir jouer avec tes congénères autour d'un festin estival me combleront. Ca et 399,99 €.

A bientôt, pour une nouvelle idée de génie.



D'ailleurs, par manque de temps, puisque je travaille sur un projet secret pour les nord-coréen, je te rappelle que tu peux me donner des idées dans les commentaires.

Publié dans Réflexions-xions.

Commenter cet article

Le cactus flippant 17/07/2009 21:16

Oh oh, mais voici qu'arrivant de l'horizon, au secours de la syntaxe et de l'orphelin, rapide comme l'express, preste comme le son... Quelle est cette silhouette volant là-bas au loin ?!

C'est lui ! Le Frico-onde qui passe !

the_fox 04/06/2009 12:34

le froidcro-onde ? j'achete !!!! ça à l'air super bien, voila un achat utile...

Merci le Faux-Rhum.

THE FOX

dilbert 05/06/2009 00:52


Salutation jeune techonophile,

Je te remercie de ta gratitude, mais c'est tout naturel. Puisqu'un grand pouvoir implique de grandes responsabilités, je me dois de partager avec le monde, mon génie (sans frotter).