Le Chiroulet, Hautes-Pyrénées

Publié le par dilbert



Nous sommes le 7 mai 2009. Il est 22h, je viens de finir de travailler et je me dis que ce serait bien de partir en week-end prolongé dans les Pyrénées. Et puis tiens, tant qu'à y aller autant y aller à plusieurs. Allons-y, Alonzo, nous partons donc à 4, à 2 chiens, à minuit, à dos de voitures.


 


La route est longue. Surtout de nuit. Mais le coca et les gâteaux nous aident à tenir. TomTom, ce bâtard, nous emmène dans des coins pas possibles. A travers champs, forêts et moultes dangers animaliers. Mais que nenni, la bravitude de l'aventure nous envahi, et nous ne faisons qu'un en arrivant devant ce décor enchanteur. 9h30 apèrs notre départ des Deux-Chèvres.






Un petit coin perdu dans le (joli) trou du cul du Monde, coincé entre le Tourmalet et Bagnières-de-Bigorre. Ca sent le sapin, l'herbe fraîche et le caillou. Ca fait du bien de respirer un air pur. De bouffer la nature à pleines dents et de se manger en pleine face la dure réalité. Nous ne sommes pas grand chose face à elle.
Après ces belles pensées, quoi de mieux que de reprendre la route pour aller chercher "tofrèr", mon frère en français, qui arrivera à Tarbes sur les coups de midi.









Retour au campement où mes compagnonnes de routes ont trouvés notre poto qui nous servira d'hôte-guide-allume feu.

Au menu, feu de joie, saucisses, brochettes, liquides divers et variés, et contemplations de ce panorama que le vent, dans sa grande clémence, débarasse de sa robe veloutée. C'est beau, j'en chialerai.












Après le café de circonstance, nous prenons la route de l'Espagne et suivons notre guide pour aller à Ze coin to Go Shopping. Mais avant de profiter des vivres, il faut se frayer un chemin parmi les millairs de clients, qui font aussi le plein pour le week end.











De retour à notre campement, sous une douce et légère bruine. Nous cuisons quelques cochonneries et tout le monde se couche finalement assez tôt. Moi, le premier. Il est à noter que nous n'avions dormir qu'une heure en 48h, d'où une certaine fatigue.



To be continued...

Publié dans Voyage - voyaaage

Commenter cet article