Holidays are holly days.

Publié le par dilbert

Mont Saint-Michel sur son lit ôcre. (6,2 Milliards d'€, me contacter)


Et voilà, mes vacances sont arrivées.
A point nommé faut dire. Le mal de reins me guettait, à moins que ce ne soit l'idée du repos du guerrier qui l'a précipité. C'est toutafé probable, au vu de la connerie qui m'habite à l'approche des vacances.

2 semaines de joie intense, de travaux acharnés, de - bon, d'accord, j'arrête de raconter des conneries. Je n'ai vraiment pas fait grand chose cette première semaine.







Lundi : Brico Dépôt pour des matériaux qui "aurait dû" me servir pour les travaux que j'aurai dû faire. Mais je les ferai la semaine prochaine. Puisque je suis encore en vacance. Et c'est là, que tu me hais. Pour te consoler, je ne te dirais qu'une chose : le soir, j'ai couru et j'en ai bavais. Pour ne pas dire que j'en ai chié, parce que c'est pas poli.












Mardi :
Oui parce que Lundi, je n'ai fait que ça. Brico Dépôt. Ah si, j'ai aussi nettoyé la cours. Bien crade.
Donc mardi, disais-je, avant que je me coupe et que je doive poursuivre un connard de chat dans tout l'étage parce qu'il me fait CHIER CE PUTAIN DE MERDEUX DE SA RACE (dans ce contexte, "SA RACE" n'est pas une insulte, mais un constat. C'est un chat. Faut suivre un peu.).









Mercredi : Je me suis baladé toute l'après midi sur Deezer. Et c'est là que je me suis rendu compte du pouvoir qu'avait ce site, et a fortiori Internet, sur nous. Humble utilisateur pourtant averti. Internet est un outil, mais il aussi la capacité à nous endormir. Trop de possibilités, probablement. Trop peu de volonté de ma part, sûrement.
Après cette réflexion paresseuse, j'ai pris mon goûter. Chocolat au lait froid (là, je l'indique, comme ça, le jour où tu m'inviteras chez toi, tu sauras) et choco (genre Prince, mais pas Prince, je suis pauvre).
Après cette escapade gourmande, je suis allé courir (?). Mon goûter est venu saluer ma glotte à nombreuses reprises, mais ça m'apprendra à me nourrir avant de courir.
Après ce sport fastidieux, je me suis calé devant un McDo (re, ?) pour regarder Dr House et sa supposée nouvelle saison inédite. Ce qui n'était pas du tout le cas. Alors soit j'ai vu ces épisodes en streaming sur le web, sachant que je ne me rappelle pas en avoir un seul en VO, soit on nous aurait menti. Soit, en fait, je suis mort et je suis revenu dans le passé pour réparer mes erreurs et regarder, éternellement les saisons déjà diffusés de Dr House. Mais là, je mélange avec Sixième sens, Code Quantum, Un jour sans fin et que sais-je.
Après cette soirée décevante, j'ai fait les comptes. Cette journée était nulle. (Glandouille + Goûter) - sport + (MacDo + Frustration-tablette de chocolat riz soufflé) = 0.





Jeudi : Je.... cherche. J'ai regardé des flims je crois. Le dernier épisode de Lost, qui s'essoufle d'ailleurs. Et ça me fait un peu chier, parce que la saison 4 était géniale. Mais bon, je me rattrape avec How I met Your Mother (HIMYM, pour les intimes. Parce qu'en plus, si tu le dis à tes amis et que tu n'as pas l'accent So british, tu te tapes la honte. Alors fais comme moi, dis-leur : himime.) Mais je m'égare.
Sinon, mes week-end futurs se préparent gentiment. Mais c'est top secret.
Avec Matt, on est allé acheter le cadeau d'anniversaire de Pinto, qui aura lieu samedi. Je ne dirais pas ce que c'est pour 3 raisons :
- tu t'en fous
- Pinto peut venir sur ce blog et le découvrir
- tu t'en fous.






Vendredi : Aujourd'hui donc. Je suis allé à la banque. Notre ancienne banque, pour résilier un vieux compte inutilisé qui y traîner au milieu des CODEVI et autres subprimes. En rentrant, j'ai pu voir la programmation de la prochaine Garden Nef Party. Je dois dire que je suis un peu mitigé. Ca semble un peu faible malgré la présence de grosses pointures scéniques. Je me console en me disant qu'il reste encore pleins de noms à mettre sur l'affiche.
Et puis, là, j'écris cette article qui me rapproche dangereusement, mais sûrement, du skyblog. J'ai peur.


C'était vraiment très intéressant. *kof kof kof*

Publié dans Emoi et moi.

Commenter cet article