J'ai vu le pubis d'Iggy Pop.

Publié le par dilbert




Eh oui, je suis largement à la bourre. L'évènement rock qui monte d'années en années a biensûr eu lieu les 18 et 19 juillet 2008.



Exactement, tu as bien lu, nous y avons vu IGGY POP et son pubis, que j'ai râté (en photo, pas en direct live). Mais aussi et surtout, car oui, je n'y allais pas vraiment pour Iggy (bon, un peu quand même) mais  plutôt pour THE HIVES !




Et sur la vie de Mamère, je peux t'assurer que la formation suédoise déchire son string léopard en live. Ultra-généreux, des bêtes de scènes (Love, Pelle Almqvist) et des musiciens hors pair. Alors c'est sûr que le type de musique qu'ils jouent incitent à la fête (quand on aime évidemment), mais je dois avouer que je n'ai jamais pris mon pied comme ça.
Donc, MERCI LES GARS, car je sais qu'ils viennent très régulièrement sur ce blog.






Nous avons aussi eu l'honneur et le privilège de voir The Raconteurs, l'autre groupe de JACK WHITE. Mais avant de les voir, nous avons dû attendre fébrile, leur venu. Car oui, ils se sont fait désirer. Et puis v'là t'y pas que 5 mecs entrent sur la scène, et puis vas-y que je te prends les instruments, et que je te joue un truc monstrueusement bon (Steady as She goes, je crois...). Mais bizarrement, Jack semble absent.
On nous avait prévenu que parfois il ne venait pas. Mais c'est là que je me rends compte (même si mes 2 potos l'avaient déjà remarqué) qu'il y a un membre du groupe de dos. Les bras blafards, une corpulence étrangement importante (par rapport à ce que je m'imaginais), la tignace noire.
Et là, un riff du fond des ténébres retentit dans tout Angoulème. Et voilà, une légende vivante, un génie de la guitare, un GUITAR HERO ! Un vrai !
Un charisme incroyable, une générosité ventripotente, incroyable le Jack.
Mais il ne faudrait pas non plus dénigré le reste du groupe, totalement bouleversifiant de rock, de blues, de tout qu'est-ce-que tu veux que c'est  bon de l'entendre.




Et dans la foulée, (quelle soirée), voilà l'iguane avec ses potes Stooges. Au menu du gros rock, du rock de légende et biensûr LA Star. Le rockeur-showman ultime. Miiiiiiiister Iggy Pop.
A grand renfort de "motherfucker" et autres subtilités fuckiennes, le papy suvolté, met le feu à la scène et à la foule plus qu'hétéroclyte.
On a bouffé du I want a be your dog et une de leur dernière chanson  "No Fun", durant laquelle l'iguane invite sur la scène une bonne dizaine de festivaliers pour une communion, placée sous le signe de l'amour fraternel.... et du FUCCCCKKKKK YEAH !


En exclusivité, une vidéo explicative des migrations humaines inter-scèniques.




P.S.: Vous m'excuserez pour la qualité plus que médiocre des clichés, mais je n'avais que mon portable.

P.S.²: Parce qu'Angoulème ne résume pas qu'à ce festival annuel de rock, quoique ..., voici une photo de la statue d'Hergé (papa de Tintin), car si tu ne le sais pas, Angoulème est le lieu du Festival de la bd, et ville natale d'Hergé

.


P.S.3 : Et une photo cadeau Frosties, moi zet mes coupaings. Je suis vraiment un bâtard de sa maman pour les mettre en P.S.3., hein ?



P.S.4.: Vous remarquerez que j'ai poussé le vis du référencement Google jusqu'à utiliser le terme "pubis" dans le titre de ce billet. Si avec ça, j'arrive pas à dépasser les 20 visites (moi, exclus), je m'épile les aisselles à la végétaline.


Publié dans Emoi et moi.

Commenter cet article